Tous les articles par infinites

LE BIG CONCOURS : UN 1er PRIX, DE +300 000 €, RÉCOMPENSERA UNE ENTREPRISE DU RETAIL OU DE LA FRANCHISE !

LE BIG CONCOURS : 1ER PRIX, DE +300 000 € POUR UNE ENTREPRISE DU RETAIL OU DE LA FRANCHISE – CRÉES ET ORGANISÉ PAR 10 SPÉCIALISTES DE LA COMMUNICATION ET DU MARKETING

Pour faciliter l’accès à la combinaison vertueuse de la télévision et du digital et en démontrer la pertinence en termes de visibilité et de notoriété, dix spécialistes de la publicité, de la communication et du marketing, ont mis leur expertise en commun pour créer le Big Concours, une première en France. L’objectif : favoriser le succès d’une belle enseigne du retail et l’aider à la rendre plus visible dans ce contexte économique compliqué ! Continuer la lecture de LE BIG CONCOURS : UN 1er PRIX, DE +300 000 €, RÉCOMPENSERA UNE ENTREPRISE DU RETAIL OU DE LA FRANCHISE !

La crise sanitaire du COVID19 : vers une revalorisation de l’information ?

La crise sanitaire du COVID19 : vers une revalorisation de l’information ?

A l’heure où tout contact avec le monde extérieur est fortement limité en raison de la période de confinement que nous traversons face à la crise sanitaire du COVID19, et où nous sommes sans cesse en attente d’informations supplémentaires pour connaître l’évolution de la situation, les médias apparaissent comme l’interface essentiel pour tous.

La presse permet ces jours-ci de maintenir ce lien social et humain si précieux, en informant de la manière la plus précise et sincère qui soit. Selon un sondage réalisé par Cision lors d’un webinar fin mars 2020, 61% des répondants jugent que les médias traitent « plutôt bien » l’actualité COVID-19, quand 36% la trouvent « plutôt mal » traitée, représentant ainsi la minorité.

Un retour aux fondamentaux fortement apprécié

Nous observons en cette période de crise sanitaire un retour aux fondamentaux du rôle des médias. Ils redeviennent un véritable médiateur, créateur de lien social et fédérateur de communauté. Le journaliste renoue avec sa mission première qui est de donner et partager de l’information utile, loin de toute recherche d’audience, de buzz et de clics.

Les Français étant à l’affut d’informations et ayant du temps à consacrer à la consultation des médias que ce soit la presse écrite, Web ou la TV/radio, les journalistes se doivent se divulguer des informations répondant à leurs craintes et questions chaque jour.

C’est pourquoi nous avons affaire aujourd’hui à une information très factuelle qui relate la réalité du terrain, notamment via des témoignages prenants de profils variés, que ce soit du personnel soignant, des travailleurs de différents domaines, des personnes âgées, des familles ou encore des scientifiques qui donnent leur point de vue et donnent des conseils utiles. Davantage recherché par les auditeurs, téléspectateurs et lecteurs, ce type d’informations rassure et accompagne les personnes tout au long du confinement, permettant aussi de moins subir la solitude.

Une organisation repensée au sein des médias

En plus de donner une information adaptée, précise et utile, certains supports de la presse écrite rendent accessibles gratuitement leurs titres en version digitale, ce qui offre la possibilité d’élargir leurs audiences et de répondre aux attentes des consommateurs : accéder à l’information à tout moment.

La presse constate actuellement un regain de confiance des consommateurs mais aussi d’audience, grâce à ce « retour aux sources » du métier, sans superflu, en période de crise sanitaire. Au vu de la situation, des médias ont dû bien évidemment adapter leur contenu et alléger, suspendre des parutions, déprogrammer des émissions, modifier des horaires de diffusion ou même créer des émissions spéciales pour traiter le sujet du COVID-19. En raison de ces évolutions quotidiennes, l’agence Infinités est en veille permanente afin d’adapter la communication de ses clients envers la presse.

COVID-19 : Continuer les RP est essentiel !

COVID-19 : Continuer les RP est essentiel !

Alors que le monde connait une crise sanitaire d’envergure forçant à un confinement obligatoire et à la fermeture de multiples commerces non essentiels, la société connaît un arrêt d’activité quasi-complet. Le coronavirus suscite une importante inquiétude : l’ensemble des entreprises font face à une menace réelle qui met en péril non seulement la santé du personnel, mais aussi la stabilité financière des établissements et la confiance des consommateurs. Des problématiques et des directives du gouvernement qui poussent à revoir l’ensemble de son organisation. La communication des sociétés peut être mise à mal pendant cet épisode anxiogène, c’est pourquoi il est important de l’adapter pour répondre à tous : personnel interne, investisseurs et grand public.

Concernant les Relations presse, les médias sont toujours présents quotidiennement : chaines d’information, sites internet et même la presse papier. A l’affût d’informations, sur divers sujets, à se mettre sous la dent pour continuer à alimenter leurs rubriques et leurs pages. La couverture médiatique depuis l’appel au confinement en est d’ailleurs une preuve irréfutable : près de 19.000 articles par jour ont été publiés lors de la semaine du 16 mars, rapporte le «JDD» !

En tant que professionnels de la communication, nous savons bien qu’il ne faut jamais arrêter de communiquer. La communication est essentielle d’autant plus en période inhabituelle, de crise et de doutes. Cette dernière doit bien entendu être ajustée selon les sujets et la période mais il est important de rassurer et de continuer à montrer sa présence, même avec une activité à l’arrêt ou presque. Une préconisation que nous ne cessons, à l’agence, de répéter à nos clients ! Et certains l’ont bien compris à l’image de Carrément Fleurs à qui nous avons préconisé de communiquer sur les dons de fleurs du réseau aux EPHADS, personnels soignants, etc… à la fermeture forcée de ses magasins, pour sauver les stocks reçus la veille. Il en est de même pour l’enseigne Helen Doron English qui, face à la crise, s’est parfaitement adapté grâce à des outils innovants mis en place par la tête de réseau pour continuer d’assurer 100 % de ses cours d’anglais (en ligne) à ses élèves.

LE PR Club, un groupe d’échange qui rassemble plus de 250 communicants s’unissent pour dire « non » au stand-by des relations médias : une erreur, selon eux, « à ne pas commettre » ! Ils alertent sur le fait d’éviter de mettre en suspens les relations presse afin de ne pas rater des opportunités.

Comme nous le rappelons régulièrement à l’Agence, les délais de bouclages sont des facteurs importants à prendre en compte lors de la réalisation des communications envers la presse. Chaque média dispose d’une date parution différente et bien précise : un magazine trimestriel réalise ses sujets environ 3 mois à l’avance, un mensuel en moyenne 2 mois avant et un hebdomadaire souvent 1 mois en amont. Seule la presse quotidienne boucle au jour le jour. Arrêter de communiquer et reprendre ses actions envers la presse uniquement à la sortie du confinement à la mi-avril, en mai ou en juin reporterait de nombreuses parutions à la rentrée, en prenant en compte que la période estivale soit toujours plus creuse.

Un accompagnement par des professionnels de la communication est aujourd’hui, plus qu’hier, indispensable pour continuer d’exister, voir être mis en avant, pendant la crise mais également après. Des stratégies de communication doivent être mises en place dès maintenant pour accompagner au mieux le redémarrage des activités des sociétés dès qu’elles rouvriront leurs portes. Cette dernière, devra notamment porter une attention toute particulière aux consommateurs afin de les réassurer de la qualité du réseau et de ses produits. Nous sommes là pour vous ! L’Agence Infinités se tient à vos côtés pour gérer tous les types de crises, notamment celle du coronavirus !

Et si on choisissait son entreprise en fonction de ses valeurs ?

Et si on choisissait son entreprise en fonction de ses valeurs ?

Aujourd’hui, la société se veut chaque jour un peu plus éthique. Dans ce cadre, l’adage « dis moi où tu travailles, je te dirai qui tu es » pourrait presque se répandre. Effectivement, ces dernières années, les reconversions ont le vent en poupe. Pourquoi ? Pour un retour à la nature ou plus de liberté, via la création de son entreprise, ou pour intégrer une société qui partage sa vision de la vie et ses valeurs ! Beaucoup souhaitent un nouveau cadre de vie, au sein d’une entreprise plus attentive, centrée sur la personne plutôt que sur les résultats, faisant preuve de souplesse et de compréhension, mettant l’humain au cœur de ses préoccupations. La nouvelle génération, quant à elle, est pleine de convictions et d’espoir, et veut intégrer uniquement une entreprise dont ils seront fiers, qu’ils pourront défendre et recommander.

Face à ces volontés de plus en plus prononcées de sincérité et de valeurs, les sociétés mettent en avant leur « côté irréprochable », proche de la nature, du bien-être des salariés…  Tant dans leur communication publicitaire, pour attirer des consommateurs que dans leur recrutement. Et oui, aujourd’hui lorsque l’on cherche des salariés, on doit aussi faire du marketing et de la communication pour séduire des candidats !

Copper Branch

Les entreprises se veulent de plus en plus éthiques

Les entreprises sont de plus en plus astucieuses dans la mise en avant du cadre de travail qu’elles offrent. Chaque société met en avant ses vertus et ses atouts : être une entreprise ne suffit plus, aujourd’hui, il faut être une société engagée ! À l’instar de Copper Branch, qui, au-delà de son engagement envers le 100 % végétal, s’engage envers ses salariés et envers l’écologie.

La société, arrivée récemment en France, recrute beaucoup de jeunes sans diplôme et leur permet d’obtenir un premier niveau de qualification dans la restauration. De plus, ce secteur étant particulièrement fatiguant et complexe, Copper Branch leur installe des salles de repos tout confort avec notamment des poufs géants pour les siestes ! Un côté social indéniable, qui est complété par un engagement écologique fort. En effet, les épluchures, par exemple, ne sont pas simplement jetées, elles sont récupérées et transformées en composte via cocycler. En parallèle, la carte de fidélité permet de reverser une partie du montant de sa note à une association. Au Canada, l’entreprise reverse chaque année une somme conséquente à Rainforest, qui protège la biodiversité.

Cependant, dans une société où les entreprises proposent de rendre notre vie incroyablement facile, d’être une grande famille, merveilleusement belle et distrayante, comment, face à de telles promesses de féerie, reconnaître les entreprises sincères ?

Le Moralscore, la notation des entreprises

Les Entreprises ont des principesVu qu’aujourd’hui tout est question d’étoiles et de notes, pourquoi ne pas noter le côté moral des sociétés ?! Voilà pourquoi le Moralscore a été créé. Ce site catégorise les entreprises selon leurs valeurs étiques.

En répondant à quelques questions, durant environ deux minutes, le candidat trouve l’entreprise la plus adaptée à sa vision de la société. Respect de l’environnement, conditions de travail, profitabilité, traitement des données personnelles… Toutes les questions sur ce que le candidat veut privilégier au sein de l’entreprise sont abordées. Le site affiche ensuite les sociétés qui respectent le mieux les valeurs morales du candidat, par secteur.

Ce nouvel outil change complètement l’ordre établi, car si Michelin apparaît en tête des entreprises qui ont une bonne image auprès des Français, chez Moralscore, c’est Veja, la marque française de baskets écologiques et issues du commerce équitable, qui arrive en tête.

Il est à noter que parmi les valeurs les plus importantes relevées par les Français, une revient très régulièrement : le made in France !

Retour en force du made in France

Le made in France, c’est la nouvelle valeur incontournable pour rencontrer un franc succès ! À l’image du « Slip Français » ou de la marque « Le chocolat des Français » qui grâce à leur fabrication 100 % made France ont conquis le marché et le cœur de Français qui sont fiers de ces sociétés.

Aujourd’hui, le made in France s’affiche partout et apparaît comme un gage de qualité. Tous les secteurs mettent en avant cet argument de poids qui aujourd’hui fait partie de la décision de rejoindre ou non une société et/ou de se lier avec elle par un contrat de franchise.

Quand un entrepreneur se lance aux côtés de Tryba en ouvrant une concession, il sait qu’il n’aura pas de mal à défendre la qualité des menuiseries proposées, lesquelles sont conçues et fabriquées en Alsace, au sein de l’usine historique du groupe à Gundershoffen. Une usine qui se visite ! Et oui, vu qu’il n’y a rien à cacher, la célèbre marque au sumo ouvre ses portes régulièrement, notamment durant les Journées européennes du patrimoine. De plus, la marque met en place de nombreuses actions envers l’écologie, notamment en recyclant.

Speed burgerDans un autre secteur, il en est de même pour Speed Burger. Cette marque angevine, qui existe depuis plus de 20 ans, a toujours mis en avant ses produits en majorité français (complétés par quelques produits européens). Fromages AOP, viande de Normandie, pain bun’s de la marque Jacquet produits en France… Tout y passe ! La conviction de Bruno Bourrigault, le fondateur de Speed Burger, sur cette valeur essentielle pour lui n’a jamais été entachée, ce qui a persuadé de nombreux porteurs de projet de le suivre dans son aventure et d’ouvrir un restaurant dont la qualité des produits n’est jamais mise en cause par les clients.

Je terminerai cet article en citant Raji Haladjian, le fondateur du projet Moralscore : « Ce qui va compter dans les années à venir, ce n’est pas une innovation technologique de plus, mais la prise en compte des critères éthiques ». La transparence et l’engagement des entreprises seront donc les forces de demain !

Chloé VANDYSTADT – Agence INFIITÉS Communication

 

Les podcasts… une opportunité pour les marques ?

Les podcasts… une opportunité pour les marques ?

À l’heure où les réseaux sociaux saturent en influenceurs… Les blogueurs, tout comme les entreprises, doivent trouver d’autres moyens pour se démarquer. Les podcasts apparaissent comme un nouveau média permettant d’exprimer sa créativité et de se connecter davantage avec son public/sa communauté. Il s’agit d’un enregistrement audio que l’on peut écouter n’importe quand et n’importe où. Plus particulièrement du côté des marques, ce nouveau canal de communication constitue une réelle opportunité pour accentuer sa visibilité et toucher sa cible en prenant la parole auprès de clients et de prospects.

Chiffres-clés…

Arte a été l’un des précurseurs du podcast en créant son émission audio Arte Radio en 2004. Il ne s’agit pas d’un replay, mais d’un programme spécifique qui dispose d’une identité propre.

C’est en 2014 que le podcast s’est démocratisé, les américains ont été les premiers friands de ces formats audio, pouvant être écoutés à tout moment de la journée, tout au faisant autre chose. En France, le phénomène prend de plus en plus d’ampleur. Selon une étude Opinion Way réalisée en 2017, 39% des français ont déjà écouté un podcast. Le nombre ne fait qu’augmenter face à un engouement certain.

Pourquoi intégrer le podcast dans sa stratégie de communication ?

Le contenu audio donne aux entreprises un moyen efficace de se connecter avec son public, son marché. Il permet aussi aux auditeurs de vaquer à leurs occupations tout en écoutant l’enregistrement, au même titre que la radio, mais accessible à tout moment et en hors ligne. C’est aussi une manière de s’adresser à sa cible de manière plus personnelle et plus « intime ». En d’autres termes, le podcast est LE média de la mobilité qui s’inscrit parfaitement dans le brand content et le storytelling de l’entreprise.

Comment toucher sa cible ?

En BtoB, le contenu des podcasts doit avant tout mettre en lumière l’expertise de l’entreprise. Cette dernière peut notamment détailler des sujets spécifiques permettant de démontrer sa réelle valeur ajoutée, notamment sous forme d’avis d’expert sur une thématique précise.

Pour capter l’attention des auditeurs sur le long terme, le contenu devra toujours être à la hauteur de leurs attentes et respecter les règles suivantes : être utile, informatif, créatif, pédagogique, diffusé de façon régulière et/ou basé sur les émotions. Les émotions sont en effet à prendre obligatoirement en compte dans sa stratégie de communication, comme expliqué dans l’article du blog d’Infinités à ce sujet.

Afin d’intégrer les podcasts dans sa stratégie, deux possibilités s’offrent aux marques :

>> Initier un partenariat avec des influenceurs ciblés diffusant des podcasts, afin d’évoquer la marque et de faire de la publicité de manière discrète, en échange d’une contrepartie financière.

>> Créer des podcasts de A à Z au nom de l’entreprise, après avoir mené une réflexion approfondie sur son contenu, les messages-clés, son but et sa diffusion.

Par exemple, Sephora, en partenariat avec Girlboss Media, a lancé la chaîne de podcast #Lipstories avec des femmes influentes, créatrices de marques de cosmétiques ou de mode, racontant des histoires inspirantes, drôles, de la vie quotidienne. Cela permet de créer du contenu autour de la marque, sans pour autant ne parler que d’elle.

L’agence Infinités est à l’écoute des dernières tendances en matière de communication et conseille ses clients dans ce sens. Il est important de prendre en compte pour chaque cas le secteur d’activité, les objectifs et la stratégie de l’enseigne, afin d’adapter au mieux les actions et le choix des canaux de communication.

Sophie DE LEHVENFEHLT – Agence INFINITÉS Communication

Se transformer : une obligation pour assurer sa pérennité 

Se transformer : une obligation pour assurer sa pérennité 

Aujourd’hui, une entreprise et encore moins un réseau de franchise ne peut rester sur le même modèle avec la même stratégie de communication durant des années. En effet, la transformation digitale et les changements sociétaux ont totalement remis en question les anciens préceptes des sociétés, qui sont dorénavant totalement désuets.

Depuis plus de 15 ans, les entreprises se transforment de façon inédite et accélérée. Elles ont dû prendre le virage incontournable de la technologie. De nos jours, il est par exemple totalement impensable pour une marque de ne pas avoir de site Internet. Ce qui était révolutionnaire il y a 20 ans est aujourd’hui banal. A l’instar de notre client Speed Burger qui était l’un des premiers à mettre en place le paiement et la commande en ligne via son site Internet, aujourd’hui, ce service est commun à toutes les sociétés de restauration rapide. De même, précurseur dans la livraison, Speed Burger était la première chaîne à offrir une alternative aux pizzas à ceux qui souhaitaient se faire livrer à domicile. Aujourd’hui, avec l’arrivée des entreprises tels que Uber Eat, Stuart… chaque client peut se faire livrer ce qu’il désire. On constate la création de nouveaux métiers, auxquels nous n’aurions jamais pensé avant, qu’ils répondent à la demande des clients. Ce qui constitue une évolution sociétale.

Aujourd’hui, les consommateurs ont des attentes de plus en plus fortes et de plus en plus marquées. Au sein de l’agence nous l’avons remarqué, notamment avec notre nouveau client Copper Branch. Cet enseigne qui est la première de restauration rapide 100% végétale est attendue dans toutes les grandes villes de France et chaque ouverture est une réelle réussite. Ces valeurs écologiques et responsables parlent aux consommateurs qui adhèrent immédiatement à la marque car le grand public veut un monde meilleur, éthique et durable.

Les consommateurs sont en quête de sens et d’innovation, ils n’achètent plus un produit mais une tendance (celle du bien manger, du gain d’économie d’énergie…), ils ne veulent plus découvrir des innovations mais ils veulent savoir en quoi les dernières innovations vont changer leur quotidien et le monde de demain.

C’est pourquoi si une marque veut être sincère et assumer ses responsabilités, elle doit donner de la valeur à son entreprise, on peut citer McDo qui embauche des personnes pour ramasser les déchets le long des routes. La marque, via cette action, s’achète une éthique et montre son engagement envers l’écologie. Cette dernière a également été plus loin en transformant son image en profondeur via une idée simple : changer la couleur du fond du logo en passant du rouge au vert. Par cette transformation, l’évocation de la marque dans l’esprit des consommateurs a changé, le vert ayant pour signification la santé, la fraîcheur et de nature… Bien loin donc des qualités premières des produits proposés par cette chaîne !

Le marketing et la communication doivent être étroitement liés dans la stratégie des marques. Or pour se métamorphoser et répondre aux nouvelles « exigences » des consommateurs il y a deux solutions :

  • Réaliser une métamorphose progressive en capitalisant sur les valeurs fondatrices et les gênes de la marque tout en mettant en avant ses mutations et évolutions. La plus courante. On peut citer Tryba, qui évolue chaque année un peu plus avec de nouveaux outils technologiques (programme ambassadeur, nouveau site Internet…) mais aussi en faisant évoluer sa communication graphique (arrivée du nouveau Sumo, changement du logo, de la baseline…).
  • Réaliser une métamorphose radicale en changeant de forme ou d’état, à l’image du Crédit Lyonnais qui a totalement revu son logo et ses services il y a quelques années ou encore de LG qui est passer de GoldStar à LG, en proposant des services et produits beaucoup plus innovants, correspondants davantage à l’air du temps.

 

 

 

 

Pour conclure, il est essentiel de retenir qu’une marque doit sans cesse se remettre en question et s’adapter aux attentes de son marché pour perdurer. La bonne idée d’aujourd’hui risque d’être désuète demain, il faut donc renouveler son concept, son image et son discours en permanence. La communication ne doit jamais être figée, mais évoluer et toujours être pertinente et correspondre aux dernières tendances afin que le consommateur puisse s’y associer et y retrouver ce qu’il attend de la marque.

Chloé VANDYSTADT – Agence INFIITÉS Communication

La force des valeurs d’une entreprise

Dans son étude sur les 50 nouvelles tendances à intégrer à sa stratégie, Urban Sublime met en avant qu’aujourd’hui, à service ou produit égal, les consommateurs se dirigent de plus en plus vers des marques affinitaires, reflétant leurs valeurs. D’autres études font également le même constat, démontrant que les deux tiers des consommateurs français (65%) choisissent d’acheter ou de boycotter une marque pour ses prises de position.

Une tendance que l’agence Infinités a aussi constaté ces derniers mois, notamment depuis le début de l’accompagnement de Copper Branch, la première enseigne de restauration rapide 100% végétale à se développer en franchise. Très engagée avec des positions

sociétales fortes, la marque connaît un véritable succès en Amérique du Nord et ses débuts en France s’annoncent plus que prometteurs. Prônant une nourriture saine, aux valeurs responsables et écologiques, Copper Branch s’engage vraiment, tant envers les animaux, qu’envers l’environnement, et cela plaît ! Chaque restaurant est très attendu et rencontre, dès son ouverture, un véritable succès. Preuve que les consommateurs sont à l’affût d’une relation qui apporte du sens, de la transparence et de la valeur ajoutée. Aujourd’hui, chaque marque est véritablement choisie en fonction de son engagement !

Les enseignes doivent donc, dorénavant, s’impliquer dans la vie de la société pour exister, c’est une obligation ! Dans la restauration particulièrement, il y a une volonté massive des consommateurs d’aller vers une alimentation plus saine, qui écarte les produits néfastes, et d’être mieux informés, car les consommateurs sont de plus en plus méfiants. L’engagement écoresponsable dans ce secteur

doit donc être plus relayé, à l’image de la chaîne « Prêt à manger » qui base une partie de sa communication sur cette volonté de ne rien cacher, leurs serviettes en papier sont d’ailleurs devenues des manifestes : « Nothing to declare », « Nothing to hide » …

La marque Michel & Augustin est également un bel exemple puisqu’elle affirme un engagement sociétal depuis de longues années. L’enseigne veut transmettre sa passion et pour cela, elle organise chaque année un concours pour permettre à quelques personnes de passer deux ans dans les locaux de la marque pour apprendre leur métier et passer un CAP Pâtissier.

Les marques doivent désormais remplir une mission et l’affirmer haut et fort, car les enquêtes d’opinion montrent qu’aujourd’hui toutes les couches de la société et toutes les classes d’âge sont sensibles à l’urgence écologique et sociale. En particulier les Millenials qui sont 49 % à avoir délaissé une marque ces douze derniers mois à cause d’un manque d’éthique.

Chloé VANDYSTADT – Agence INFIITÉS Communication

Les influenceurs sont-ils si faciles à sensibiliser ?

Depuis le début de l’année une vague de contestation souffle chez les influenceurs. Contre qui ? Ils se rebellent face aux marques qui les nourrissent sans réflexion, en leur envoyant tout et n’importe quoi en grande échelle. Véritable signal d’alarme, ce mouvement, initié par EnjoyPhoenix et Hori, prend de plus en plus d’ampleur !

Il est aujourd’hui essentiel de toucher les influenceurs pour faire rayonner sa marque auprès du grand-public, cependant, le retournement de situation initié par EnjoyPhoenix et Horia, montre bien qu’elles ne veulent pas être harcelées ou contactées pour tout et rien. Chaque influenceur est unique, a sa ligne éditoriale et traite de sujets bien précis, qui l’intéressent ! Il ne sert donc à rien de

contacter des influenceurs qui ne correspondent pas totalement à sa marque. En tant qu’agence de communication, nous sommes garants du bon ciblage de ces derniers. Si depuis quelques années une ligne budgétaire a été ajoutée aux contrats, en stipulant « campagne influenceurs », c’est bien que cela n’est pas si simple ! En effet, ce sérieux « coup de gueule » montre bien que les marques opportunistes n’ont pas la bonne méthode.

EnjoyPhoenix explique dans une vidéo de 35 minutes pourquoi elle dit « stop » à ce système et raconte qu’un jour elle a reçu les quarante teintes d’une même marque de fond de teint, ridicule ! Horia de son côté explique qu’elle reçoit des tonnes de produits qu’elle n’utilisera jamais car ils ne correspondent pas à sa carnation, sa couleur ou tout simplement au genre de produits qu’elle aime. L’argent et les cadeaux n’achètent pas tout !

Ces deux témoignages mettent bien en avant le consumérisme que les influenceurs ne veulent plus subir. Notre travail consiste donc à bien choisir ces derniers pour ne pas les ennuyer avec des milliers de produits, mais de leur proposer LE bon produit ou LE bon service. Nous entretenons des relations privilégiées avec eux pour ne pas « acheter » leurs bons et loyaux services quand nous avons besoin mais pour bel et bien leur faire découvrir ce qui leur correspond ou peut les intéresser. Un travail quotidien, qui prend du temps, car plus qu’une relation de travail, c’est une vraie relation de confiance que nous lions avec eux.

Il faut aussi prendre en compte un autre volet lié aux influenceurs. La tendance les concernant a réellement commencé il y a maintenant environ 7 ans, ces derniers ont donc vieilli et leurs abonnés également. Il faut donc sans cesse renouveler son « carnet d’adresses » pour cibler les plus en vogue en fonction de chaque type de cible ! Les pré-adolescents ne suivent pas les mêmes influenceurs que les jeunes adultes.

Nous avons récemment conclu un partenariat entre Boubouteatime et Helen Doron English, pourquoi ? Car cette influenceuse, fan de voyage, est avant tout une « Mommy » parisienne ! Nous lui avons donc proposé un partenariat qui permettait de faire bénéficier à Jamyl, son fils, d’une méthode d’apprentissage de l’anglais basée sur l’éducation positive et l’écoute passive. Elle voulait que Jamyl apprenne l’anglais, comme il aurait appris une langue dans un pays étranger, nous lui avons trouvé la seule méthode qui se base sur le processus naturel d’apprentissage de la langue maternelle !

Chloe VANDYSTADT  – Agence INFIITÉS Communication

Le Social Selling : pratique à intégrer dans sa stratégie de développement ?

Aujourd’hui, 70% des achats sont réalisés par les consommateurs

sans même l’intervention d’un vendeur et, en BtoB, 60% de la décision d’achat est prise avant de rencontrer un commercial. Il est donc important de construire une relation sur de solides bases avec les prospects en vue d’accélérer son business. C’est ici que le social selling prend toute son importance : il permet d’influencer les décisions d’achat en toute discrétion et naturellement. Voyons plus précisément ce qu’est le social selling : ce processus consiste à écouter, à attirer l’attention autour de sa société et à interagir avec des consommateurs ou des prospects via les médias sociaux. Le but est de les accompagner subtilement dans leur réflexion et décision d’achat.

Comment se pratique le social selling ?

Afin d’intégrer le social selling dans sa stratégie, il est nécessaire d’être tourné vers les autres et non vers soi ou sa société, ses produits/services. Cela passe en réalité par la construction d’une relation avec ses cibles : – en publiant des informations variées susceptibles d’intéresser : études, chiffres-clés, interviews/citations, photos, infographies… – en échangeant autour d’intérêts communs ou de convictions partagées, – en envoyant un message privé, – en commentant ou en mettant un « J’aime » sur leurs publications. Ces actions permettent ainsi de tisser un lien entre la marque et ses clients potentiels via les médias sociaux, sans pour autant laisser entrevoir une vente directe. Créer de la réflexion et susciter l’engagement de sa communauté sont les deux principaux enjeux du social selling. Afin d’obtenir de meilleurs résultats, l’agence Infinités recommande de consacrer 15 à 30 minutes par jour à cette pratique.

3 piliers existent dans le social selling :

• Le referral selling (vente par recommandation) C’est l’utilisation de son réseau pour fluidifier les prises de contact. Il s’agit notamment de mettre en relation d’anciens clients ou d’autres personnes (salariés de l’entreprise, fournisseurs…) avec des clients potentiels pour recommander l’entreprise via les médias sociaux.

• Le trigger selling : cela consiste à s’appuyer sur une action, un évènement ou le comportement d’un client/prospect pour entamer une prise de contact (trigger=déclenchement). Par exemple : envoyer un questionnaire de satisfaction suite à un avis client publié en ligne, envoyer un e-mail de bienvenue suite à une inscription, etc.

• L’Insight selling : à cette étape, la marque a déjà suscité de l’intérêt à un moment donné, mais sans suite concrète. Il faut donc réagir en partageant de nouveaux contenus, tels qu’une vidéo témoignage d’un client ou dans le secteur de la franchise, d’un franchisé, pour appuyer son développement, en racontant son expérience avec la marque. En effet, qu’ils soient au stade de sensibilisation ou de décision, les acheteurs sont en veille constante d’informations afin de prendre les décisions d’achat les plus pertinentes. C’est pourquoi la publication de contenus permet de réengager la conversation et d’accélérer le processus menant à une vente.

Afin d’assurer une présence continue de la marque dans l’esprit des prospects et de booster son activité, l’agence Infinités recommande à ses clients de ne pas négliger le social selling sur les médias sociaux, et principalement LinkedIn. De nos jours, cette pratique est en effet indispensable pour se démarquer de la concurrence, instaurer un sentiment de confiance et créer ainsi une relation client solide et pérenne (lien article Aline). Il faudra compter entre 6 et 12 mois pour que toutes ces actions portent leurs fruits : il ne faut donc plus attendre pour se lancer !

Sophie DE LEHVENFEHLT – Agence INFINITÉS Communication

La relation client au cœur des réseaux sociaux

De nos jours, les réseaux sociaux jouent un rôle de prescripteur auprès des consommateurs, exerçant ainsi une forte pression auprès des entreprises et des marques. Avec, en 2016, 65% des consommateurs français équipés d’un smartphone, soit autant de personnes avec un accès permanent à leurs messages, leurs e-mails mais également leurs réseaux sociaux, sur lesquels ils passent en moyenne 1h16 par jour, les réseaux sociaux deviennent incontournables quand il s’agit d’installer une relation client pérenne.

Les réseaux sociaux ont d’ailleurs un rôle à jouer pendant toutes les étapes, du premier contact en passant par l’achat jusqu’au service après-vente. En effet, les réseaux sociaux permettent de gérer la partie en amont de la relation client, c’est-à-dire la communication, la promotion du produit, l’avant-vente, l’annonce d’événements ou les actualités d’une marque. En aval, les entreprises gèrent également sur Facebook aujourd’hui le SAV. Mais il est, avant tout, essentiel de savoir que les réseaux sociaux ne permettent pas de communiquer uniquement avec ses clients mais également avec une communauté de fans.

Voici les 7 points clefs pour améliorer sa relation client sur les réseaux sociaux :

1. Etablir une charte type pour la gestion de la relation client Une charte de la communication sur les réseaux sociaux doit être mise en place afin de créer une harmonie et une cohérence toujours respectée. Elle annoncera le ton choisi pour s’adresser à la communauté, suivant le secteur d’activité de l’enseigne, son positionnement, son concept ou son standing. Voici également les points importants à définir :

• Le niveau de proximité avec le client ;

• Les sujets à éviter ;

• Les termes à proscrire ;

• Le rapport au secteur et à la concurrence ;

• Les règles à suivre lors de plainte ou demande SAV.

Il sera primordial de la compléter par le calendrier des événements de la marque ainsi que les marronniers (fêtes, vacances, rentrée, soldes, black friday, etc) en lien avec le secteur ou les produits de l’enseigne.

2. Ne pas gérer ses réseaux sociaux soi-même De plus en plus d’enseignes choisissent d’automatiser cette tâche à l’aide de bots, logiciels automatisés de conversation, au détriment de leur communauté. En effet, 80% des consommateurs français sont contre une relation clients assurée par une machine. Les réseaux sociaux ayant pour but premier de créer du lien, qui ne peut pas être fait au travers de robots (aussi puissants soient-ils), mais au contraire en personnalisant ses communications avec les fans et en utilisant l’humour et l’émotion lorsqu’on s’adresse à eux.

3. Etre disponible En France, les réseaux sociaux ne se sont pas encore majoritairement installés comme un support prioritaire pour le service client. Seulement 6% des demandes clients sont formulées sur Facebook et 4,5 % sur Twitter. Mais ce canal de la relation client donne du fil à retordre aux enseignes. Les questions, les avis et retours d’expériences sont suivis par toute la communauté et ne doivent pas être oubliés. Il est important d’y accorder du temps, d’y répondre sans trop tarder afin d’éteindre le feu avant qu’il ne soit trop tard car cela peut nuire à la réputation.

4. Géolocaliser les publications suivants les cibles Les publications doivent être au plus proche des consommateurs. Si l’enseigne possède plusieurs points de vente, la création de pages dédiées est indispensable ! Comme cela, les publications pourront être personnalisés aux spécificités du magasin, des clients et de la région. Cette stratégie aidera à acquérir plus de visibilité.

5. Remercier les meilleurs ambassadeurs Certains abonnés Facebook, Instagram ou twitter deviendront des ambassadeurs de la marque, en communiquant et présentant vos produits. Il est important de les soigner avec des petites attentions personnalisées afin qu’ils continuent de fédérer autour d’eux de nouveaux clients. Cela peut-être un petit cadeau avec un mot personnel, un bon d’achat suite à un post ou plus simplement un retweet de sa dernière photo.

6. Interpeller ses cibles Il est essentiel de créer une relation directe et ciblée avec les fans et pas uniquement les ambassadeurs. Il est aussi possible de leur faire découvrir une nouvelle collection, en taguant leur produit fétiche. Parce qu’ils sont importants, parler aux clients dans certaines publications est indispensable, en les citant ou en exposant leurs activités si ce sont des professionnels.

7. Connaître son audience Son audience sur les réseaux sociaux est susceptible d’être rapidement convertie en client. Les connaître et connaître ce qu’ils aiment, ce qui les touche, est primordial. Il faut partager des publications qui provoquent des émotions positives en étant par exemple engagé dans des causes auxquelles chacun adhère. Bien sûr, ces contenus doivent correspondre au positionnement de la marque. Toute l’équipe Infinités peut vous aider à espère que cela aidera à booster votre relation client sur les réseaux sociaux. Une fois que ces 7 points seront appliqués avec succès, monter une stratégie Social Selling (lien article Sophie) deviendra une démarche incontournable pour stimuler le processus de vente !

Aline WEBER  – Agence INFINITÉS Communication